greve-aux-eaux-vives_4383282.jpeg

Une intersyndicale FO-CGT-UNSA a déposé un préavis de grève pour protester contre le manque de moyens et de personnels à la maison de retraite des Eaux-Vives au centre hospitalier de Dreux.

Les difficultés rencontrées dans de nombreux Ehpad n’épargnent pas les Eaux-Vives. Les personnels ont décidé de débuter un mouvement de grève mercredi 19 juin devant la dégradation persistante de leurs conditions de travail. « Il manque au minimum quatre infirmières, » explique Béatrice Jaffrenou, déléguée syndiale Force ouvrière.

Les syndicats demandent en outre la création de 4 à 6 postes d’aide soignantes. L’une d’entre elles explique d’ailleurs ne pas disposer « de plus de deux minutes pour faire manger un résident. Les conditions de travail ne sont plus tenables, les personnes âgées ne reçoivent plus les soins nécessaires à leur état. Une douche tous les 15 jours, et quand c’est possible… ce n’est pas possible ». Matériel bas de gamme

Les syndicats pointent également un manque d’investissement. « Les trois machines pour nettoyer les sols ont 20 ans, deux ne fonctionnent plus. On n’a même plus de tensiomètres ».

Et de dénoncer les carences en matière de fourniture. « On n’a même plus de gants de toilette, on nous parle de rupture de stocks. On en arrive à se demander si les fournisseurs sont régulièrement payés. »

Sans oublier l’obligation de travailler avec du matériel à bas coût : « Les rasoirs sont tellement bas de gamme qu’il arrive que l’on coupe les résidents ».

Pénurie d’eau minérale, de gants, les agents se plaignent également de problèmes d’organisation des plannings. « On ne sait pas d’un jour sur l’autre si l’on travaille où si l’on est en repos. »

Ce mercredi 19 juin, les agents des Eaux-Vives ont tenu à manifester leur mécontentement à l’occasion d’une visite de représentants de l’Agence régionale de santé au centre hospitalier.

(Article paru dans L’écho républicain)

lisere-web.png